L'équipage du Contre-Temps

Notre voyage a commencé en 2008. Cette année-là, nous rendons visite pendant un mois, sur les iles de la Société, à une cousine, installé à Tahiti depuis 20 ans. Elle nous concocte un petit tour dans des pensions de famille bien choisies, nous rencontrons ainsi la Polynésie traditionnelle et elle nous charme immédiatement…( Maison d'hôtes Vanira Lodge, http://www.vaniralodge.com/)

C’est le choc de notre vie et la décision est prise au retour à Paris : dès que les enfants seront indépendants et le budget bouclé, c’est en Polynésie qu’il faut être, c’est vital !

Le projet se dessine à la même vitesse que notre choix :

Joni a une première expérience de 10 ans de vie sur un voilier qu’il a construit, entre l’Afrique et le Brésil, il y a 40 ans ; Cécile est une parisienne pur jus, attaché-case et talons hauts… Le capitaine est convaincant en expliquant que, sur une ile, pour ne pas se sentir en prison, quel que soit sa beauté et son énergie, l’idée du bateau comme lieu de vie et moyen de transport s’impose... La future mousse dit « oui », sans grande conscience des conséquences pratiques d’un tel habitat pour elle qui n’est pas marine pour deux sous … 

Les grandes vacances…

En 2012, ça y est, les 4 enfants de l’équipage vivent leurs vies. Après avoir travaillé comme des fous pendant 4 ans, dans le secteur de la formation en entreprises, nous pouvons nous offrir, à la Rochelle, un catamaran, neuf. Nous choisissons une petite unité facile à manœuvrer, économique, équipée pour être autonome. Un bateau, c’est comme une maison, mais en milieu salin, il y a toujours des tas de choses à préparer, entretenir, modifier, réparer, du coup, le temps initialement prévu pour la marinisation de la mousse est utilisé à d’autres impératifs et en Juillet de la même année, sans plus de préparation que ça, nous abandonnons la vie terrestre. Le bateau Contre-Temps devient ainsi le seul bien et domicile de l’équipage. Et c’est le départ de la métropole pour le grand voyage !

Après 3 jours délicats pour la mousse, nous nous approprions en cœur et en joie la devise « Vivons nos rêves » - Blog de voyages : http://a-contretemps.over-blog.com- 

La route est classique : cap vers Porto Santos, puis, classiquement vers l’ile de Madère, les iles des Canaries, du Cap Vert – 3 mois de séjour sur place -.

La traversée de l’Atlantique s’étalera sur 14 jours pour filer vers les iles de la Barbade, de la Martinique -5 mois -, des Grenadines – 4 mois -, celles en face du Venezuela, puis la Colombie, l’Archipel des San Blas, et le Panama…

Les yeux de l’équipage s’ouvrent sur le monde et ses habitants, et nous nous efforçons, tous les jours, de garder nos capacités d’étonnement intactes ! Nous nous découvrons voyageurs, de moins en moins touristes, de plus en plus impliqués au quotidien, en local, de loin en loin métropolitains…

En 2014, c’est le passage du canal de Panama qui nous emmène pour un aller simple vers la Polynésie, sans retour vers la métropole, en passant par les Iles des Perlas – 4 mois -, celles des Galápagos, et enfin, après 28 jours de navigation au milieu du Pacifique : l’archipel des Gambier dans lequel nous séjournons 5 mois.

Le 2ème choc de notre nouvelle vie…

En Novembre 2012, nous « remontons » vers les iles Marquises pour se protéger des cyclones éventuels de ce côté-ci du monde ; c’est la découverte des iles Marquises et le second choc de notre nouvelle vie. La prise de décision commune de s’y installer, tout en vivant sur le Contre-Temps est vite prise, ici, nous nous sentons bien, simplement…

Domiciliés à Nuku Hiva, l’équipage trouve ses marques :  Cécile développe ses activités professionnelles de manière ponctuelle, comme formatrice pour adultes, pendant que Joni s’occupe du Contre-Temps, et le chien matelot Sikaflex, notre presque labrador martiniquais de 5 ans, sauveteur en mer, gardien et chien de câlins, devient une star ilienne ! Nous apprenons le marquisien et découvrons l’archipel, à toutes les saisons, les mouillages cachés, les marquisiens.

Nous avons encore tant à comprendre !

En accueillant des kiitea – peaux blanches - et des enata – marquisiens - à bord de notre Contre-Temps, aujourd’hui connu dans beaucoup de vallées par les marquisiens, nous partageons avec ceux qui souhaitent autant voir que comprendre, échanger qu’écouter, notre vision humaniste et hédoniste de cet archipel et de ces habitants.

Toujours curieux, encore étonnés, pas blasés et pleinement conscients d’être tellement chanceux de vivre nos rêves, nous savons que notre vie est magnifique, nous le savons …

 

 

 

L equipage

 

 

Cecile joni bd
Img 0461 6

Ajouter un commentaire

 
×